(Re)plongée dans le monde du polar.

Publié le par Andromède

Depuis que je peux définitivement m'asseoir sur mon statut de lycéenne, j'alterne les crises d'écriture et la bibliophagie, et hier c'est la Pile qui a gagné. C'est comme ça que j'ai ouvert Nazis dans le métro de Daeninckx... 

( Le Poulpe : C'est un enquêteur libre, curieux, indépendant. Partant de ces faits divers qui traduisent les maladies de notre monde, il explore les failles et les désordres du quotidien. Ce n'est ni un vengeur, ni le représentant d'une morale, c'est surtout un témoin de son temps. )

Nazis dans le métro
Un type détroussé, tabassé et laissé pour mort dans le sous-sol de son immeuble parisien. Pour le quidam moyen, c'est une agression banale. Pas pour Gabriel Lecouvreur, alias le Poulpe, spécialiste des oubliés du fait divers.
La victime ? André Sloga, 78 ans, anarchiste, pacifiste, ex-résistant, tendance bringueur et alcoolo. Ecrivain engagé, par dessus le marché, qui préparait un livre sur une sombre affaire d'empoisonnement dans le marais poitevin.
Ex-dissidents déjantés, ex-Yougos massacreurs, néo-nazis. Autour de cette affaire gravitent quelques uns des plus fameux spécimens de têtes à claques. Il n'en faut pas plus au Poulpe pour s'échauffer sérieusement.


Bon, j'avoue qu'après m'être tapé dans la matinée la fin des Compagnons de Jéhu de Master Dudu et On ne badine pas avec l'amour de Musset-les-Belles-bretelles, ça a été la douche froide du genre. Un putain de bon livre, les gens, mais qui vous laisse les mains moites et la bouche crispée. Entre les intellectuels négationistes, les nazillons bones, les journalistes sans scrupule et autres pourritures, on a comme qui dirait une sacrée envie de vacances. 
J'avais découvert Daeninckx en seconde, avec Cannibale ( un autre tout petit livre sur l'expo universelle de 1931... bien flippant aussi, dans le genre >.< ), et je l'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir : un message fort mêlé d'histoire et de quotidien, pas mal d'humour et une écriture de haute voltige. Il a vraiment un style bien à lui, que j'apprécie beaucoup, et parfaitement adapté au polar noir. 

En parlant du Polar, je n'y avais pas touché, à ce canard boiteux là, depuis que Lilou m'avait collé Le Dahlia Noir entre les pattes ( merveilleux bouquin, en passant ). 
Je ne suis pas une grande fan du genre ( j'ai même résisté à Fred Vargas ! ), mais là j'avoue que j'ai complètement raccroché. Si j'étais une rebellz, je dirais bien que le polar popu contemporain est le seul genre qui fasse aimer les flics. Ben oui : dans ces bouquins là, le héros est toujours le rebellz du Corps Flicard. Bon, ok, le Poulpe est détective privé, mais même ! Je vais me mettre en quête des Pado de Fajar', depuis le temps que je lorgne sur tout cet aspect de son oeuvre... Il y a longtemps ( et sur LiveJournal T__T ), j'avais pondu un article sur Pardaillan et le héros de cape et d'épée en général, que je révérais à deux genoux pour son chapeau à plumes et sa simplicité. J'y ajouterais bien le héros de polar, le héros populaire en général, qui a toujours ce petit quelque chose en plus que n'ont pas les héros de la "Grande Littérature" : le héros popu, il est là pour être un héros, justement ( ou un anti-héros, mais l'anti-héros a toujours quelque chose d'héroïque ), sans ambiguïté ni embarras. 
Je me souviens de mon long débat avec Bloody Rose au sujet de La Tour des Demoiselles de Fajardie, où on s'était courtoisement pris la tête sur le personnage de Valencey d'Adana :D Pour elle, un héros trop positif comme lui, sans vice, brillant et généreux, et surtout présenté comme tel, n'avait aucun intérêt et était même plutôt ennuyeux ( voire horripilant ). Pas d'accord, Majesté, je te l'ai déjà dit : un héros simple, un héros héroïque, ça fait parfois plus de bien qu'un personnage complexe, torturé, fouillé, à mille et une facettes qui embarque le lecteur très loin. Ces héros là sont sublimes, entièrement d'accord. Mais l'Héroïsme Premier, la simplicité populaire du Bien contre le Mal, du Gentil contre le Méchant, moi je trouve ça tout bonnement merveilleux. 

Les feignasses aiment qu'on les prenne par la main, c'est bien connu :D

NB : Fajardie et Daeninckx sont potes. Fufufu XD

Publié dans Bibliophagie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Andromède 31/07/2007 19:52

N'hésite pas, si tu tombes dessus ;) C'est tout petit et ça se lit très vite.

Samantha 31/07/2007 19:18

Il a l'air bien sympa ce livre :D Ça m'a donné envie :D

Andromède 31/07/2007 14:12

Juste histoire de rectifier le tir =_=

Andromède 31/07/2007 13:59

Yup, je viens de même de me souvenir que dans "La lanterne des Morts" apparaît un certain général Taenincks qui partage les convictions du héros :D ( comment ça, c'est pas sain d'apprendre les bouquins par coeur ? )

gabrielletrompelamort 31/07/2007 13:51

Ils sont potes ? Ouah, génial ! ^___^