A vous, chevaliers.

Publié le par Andromède

Zokutou word meterZokutou word meter
389,136 / 500,000
(77.8%)

Jamais je n'ai été si près de la fin :D Plus j'avance aux côtés de mes trois Zozos, plus je les aime, et plus je comprends pourquoi j'aime ce que je fais. Universellement parlant, j'ignore ce que valent les aventures versaillo-pardaillanesques de Miroir, Aurélien et le Chevalier, mais une chose est sûre : moi, ça me plaît. 
Je ne dirais jamais assez à quel point tout cet univers de duels, chapeaux à plumes, chevauchées éffrénées et pavillons noirs hissés plus haut que l'Histoire me fait couiner. On n'aura jamais fini d'en faire le tour, mais j'espère tout de même pouvoir contribuer, à ma manière, à l'enrichissement de ce paysage grandiose qu'est la littérature de cape et d'épée. 
Oui, madame, je suis prétentieuse, et alors ? :D Ce soir, j'ai envie de me dire que c'est possible, que je peux signer quelque chose de digne de ce nom. Que je peux faire rêver, comme m'ont fait rêver d'Artagnan, Athos, Pardaillan, Cyrano, Lagardère... Et comme me fait rêver mon Chevalier.

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

( Non mais regardez-moi ce poseur XD )

J'entamme la seconde section du chapitre 12 de Miroir, c'est à dire que j'en suis à ma 170e page word. La plupart des mystères se sont éclairés de vérité, plus aucun personnage n'entend rester la bride sur le cou, et moi j'essaie de compenser la frustration que j'éprouve à écrire au compte-gouttes par un plaisir à chaque fois renouvellé. Je tire l'épée, je me moque de Louis XIV et de Mme de Montespan en même temps qu'eux, je souris aux regards amoureux de Miroir et Aurélien et je me marre comme c'est pas permis aux bouffonneries du Chevalier. Ne manque plus que Selim, qui prépare son entrée, qui revoit ses répliques... et qui attend de me faire devenir chèvre XD

Et parce que ce post est plus qu'intéressé ( sans rire ? ), après une entrée en matière plus ou moins réussie, je renouvelle ici l'annonce que Gaby avait déjà fait passer sur certains forums : Je cherche des lecteurs pour Miroir, des gens prêts à se taper 170 pages écrites sur deux ans de temps ( c'est à dire qu'entre les trois premiers chapitres et le reste, on peut s'attendre à un sérieux décalage d'écriture ), remplies d'énormités plus ou moins bien tournées, d'aventures du genre et de détours par le Versailles de 1672. Je l'ai dit, j'ignore ce que tout cela vaut réellement, même si je le pare volontiers de jolis mots, mais c'est justement pour cela que j'aimerais le soumettre à autrui. On écrit pour soi, mais aussi pour les autres : un livre sans lecteur n'est qu'un fantôme oublié. Je ne veux pas que le mien, avec ce que j'y mets de tripes, d'idées du monde et de grand n'importe quoi, ne puisse pas saisir sa chance. 
Et à ce stade, je ne peux plus juger seule.

Alors à Gaby, ma meilleure amie, à Cally, à Utika et à Marie-Aude, qui se sont toutes déjà tapé mon manuscrit, et qui m'aident à continuer. A tous les chevaliers qui m'ont donné envie de transformer mes rêves en Prétention à Faire Rêver. 

Et parce que quand même, je ne pousserais pas l'arrogance jusqu'à oublier d'essayer de vous prévenir à quoi vous risquez d'avoir à faire :

Paris, 1662.
Alors que le roi Louis XIV jure solennellement de débarrasser la France de tous les sorciers, parfumeurs, empoisonneurs et autres magiciens, une petite fille s’apprête à prendre sa place au sein de l’Ordre magique des Filles d’Avalon. Que font-elles ? Qui sont-elles ? Peut être bien les gardiennes du plus vieux secret de l’Humanité…
 Dix ans plus tard, la vicomtesse Miroir de Valemarne, devenue belle demoiselle, reçoit de son père un brevet de fille d’honneur de la reine de France, et pénètre ainsi dans le monde enchanté de Versailles : la plus ingénieuse et la plus magnifique prison jamais conçue. Comment concevoir la liberté là dedans ? Comment continuer à rêver sans fermer les yeux ?
A ce défi silencieux, pour Miroir, va venir s’ajouter le fracas de la vie : deux aventuriers qui surgissent, deux lames qui chantent, deux cœurs qui battent au milieu du monde. Ni eux, ni Miroir ne se feront prier pour secouer les rideaux du XVIIe siècle. L’Affaire des Poisons débouche ses fioles, les questions diplomatiques se règlent à coups de duels, et les enfants empoignent à pleines mains les secrets de leurs parents.
Autour de ces trois figures du temps vont se nouer trois fils, qui relieront des lieux n’ayant apparemment rien en commun, à l’instar de certains personnages… De Versailles à Moscou, d’Alger à La Rochelle, des appartements royaux aux bas-fonds de Paris, de tous les voyages enfin, celui qui dépayse le plus c’est…
 
 
MIROIR ©Tous droits réservés
Andromède / Emmanuelle Brioul

A vous :)

Publié dans Scribouillages

Commenter cet article

Andromède 27/11/2007 19:31

Luminelya : Je suis très contente que tu sois passée ici :) et je te remercie de ta proposition ! Je t'envoie un mail très vite^^

Marilyne : Merci ! Je t'envoie ça rapidement^^

lilyne 27/11/2007 18:42

Heu... Oui ce sera mieux ^_^
lilyne64@gmail.com
A bientôt!

Luminelya 25/11/2007 21:48

Je ne laisse pas souvent trace de mon passage ici et on ne se connaît pas vraiment, mais ton univers m'intrigue beaucoup...
Donc voilà, si tu le souhaites, c'est avec plaisir que je lirai ce roman.

Fix 24/11/2007 18:41

Tiens, je me propose aussi, si ça ne t'embête pas ! :P

Andromède 24/11/2007 11:15

Eh bien ma foi, c'est avec plaisir que j'accepte ^o^ Pourrais-tu me donner ton adresse mail ? Merci !^^