"La Reine Margot"

Publié le par Andromède

Cette, année, sous le sapin, j'ai trouvé :

Photobucket

Photobucket

Les deux premières tomes d'une très bonne BD historique, fondée sur les mémoires de Marguerite de Valois, dite Margot. Chaque tome de la série est centrée sur un homme qui a compté dans la vie amoureuse de Margot, l'intrigue étant évidemment étroitement liée à l'Histoire. J'avoue qu'en bonne lectrice de Dumas, j'y ai retrouvé avec plaisir les personnages de la cour des Valois. Mention spéciale au duc d'Anjou, Henriquet pour les intimes, qui est assez bien rendu, quoique beaucoup moins drôle que chez le Maître.
D'ailleurs le point de vue général est assez sombre, et peu "optimiste"... J'avais l'habitude de lire des choses plutôt écrites du point de vue des huguenots, Coligny ou Jeanne d'Albret, ou plutôt, qui désignaient clairement les catholiques comme les instigateurs des massacres. C'est le cas, bien sûr, d'un point de vue historique, mais cette BD rappelle que les protestants n'étaient pas tous blancs non plus : guerres, pillages, tueries, et pas seulement contre les armées du roi. Les grands chefs huguenots sont d'ailleurs peints de façon très sombre : l'amiral Coligny, que j'avais plutôt l'habitude de voir comme un vieux gentilhomme soucieux de la paix et de l'honneur ( la faute à Dumas et Zévaco ), apparaît ici comme un chef de guerre sans beaucoup de scrupules, et Jeanne d'Albret, en lieu et place de la mère courageuse et intègre, une véritable peau de vache qui veut convertir Margot et en faire une bonne petite protestante au foyer. 
Bleh :/
Mais quelque part, ça fait du bien, puisque ça nuance le tableau ( et que bon, cette BD reste du point de vue de Margot, princesse catholique ) et rétablit l'équilibre. De plus, ça donne envie de se documenter davantage sur la période, pour saisir tous les réels enjeux politiques et historiques.

Au final, les seuls qui ne changent pas, ce sont les princes : Charles IX est un bourrin hystérique qui a ses quelques rares bons moments, Henri de Valois est à la fois comique et cruel ( il manipule sa soeur pour servir ses ambitions, en se servant de l'amour qu'elle lui porte ), et Henri de Navarre, reste fidèle à lui-même : séducteur insatiable, un peu vulgaire, un peu lâche, mais bonhomme, au fond, et conscient de ses défauts. 

Mais dans tout cela, le meilleur personnage reste Margot : humaine, attachante, courageuse. Avide de plaire à sa mère et d'aider ses frères au début, elle s'émancipe peu à peu en comprenant qu'on ne fait que se servir d'elle. Elle aime à son goût, un duc de Guise moins diabolisé que d'habitude ( encore ) et même plutôt séduisant, mais prend peu à peu conscience de ses devoirs au moment de la Saint-Barthélémy, où elle renoncera définitivement à lui pour s'allier à Navarre et lui sauver ainsi la vie.

Vraiment une très bonne BD, que je conseille à tous les fondus de Renaissance, et à ceux qui aiment découvrir, tout simplement.

Le 3e tome, intitulé "le Comte de La Mole", est annoncé pour mai 2008.

Publié dans Bibliophagie

Commenter cet article

gabrielletrompelamort 30/12/2007 16:07

Encore une merveille à découvrir... ça fait envie, surtout pour ce regard "inédit" ! ^^