Libertino Libertaire, prise 2.

Publié le par Andromède

Hum. Semaine relativement tranquille niveau boulot, même si cela ne risque pas de durer. Résultat : j'ai eu le temps de terminer toutes mes lectures en retard, ou presque... Y sont passés The Tempest de Maître Secoue La Poire, les 11 tomes de Love Mode par Yuki Shimizu ( si si, c'est de la lecture en retard ) et surtout, petit bouquin que j'ai eu la surprise de trouver mercredi dans ma boîte aux lettres : le tome 2 du Dictionnaire Libertino Libertaire, par Pierre de Proost.

J'avais lu le premier opus il y a quelques mois, ravie d'être tombée sur une mine pareille. Un joli petit recueil de citations à la fois rieuses et féroces, qu'on n'est pas prêt d'épuiser de sitôt. Mais visiblement, cela ne suffisait pas à M. de Proost, qui a élaboré un second volume... que j'ai dévoré avec le même sourire que pour le premier. C'est toujours drôle, incisif, parfois complètement à l'Ouest, mais jamais vulgaire. Comme il le dit lui-même dans son introduction, si le premier volume était un travail d'homme occidental, celui-ci est un éventail de pensées tirées des archives d'autres temps, d'autres civilisations. Je crois que je vais prendre autant de plaisir que pour les premières à les lâcher un peu partout... 
Alors même si on m'a expressément recommandé de ne pas en publier trop ici, et que ça m'embête toujours autant de sélectionner parmi ce gros paquet de sucreries anti-conformistes, il y a en a trois que je veux tout de même vous dédier par procuration, à vous qui lisez ces pages, qui savez ce que je m'efforce d'y distiller, et qui êtes susceptibles d'aimer tout ce que signifie de recueil :

"Pour moi, je ne prendrai point part à cette compétition : je ne veux ni commander, ni obéir ; mais si je renonce au pouvoir, c'est à la condition que je n'aurai pas à obéir à l'un de vous..."
( Hérodote )

"La gauche reste notre mère à nous, les humbles, mais c'est une mère qui trop souvent nous refuse son lait et se contente d'exhiber ses beaux seins."
( Fatou Diome )

Et la dernière, que je ne glisse ici que pour Marie, ma coquine aux yeux presque noirs, en souvenir de certain après-midi de printemps, où nous nous sommes dit la même chose avec les mains :

"Du temps de ma mère, les soutiens-gorge étaient  cousus sur mesure. D'ailleurs, cela se pratique toujours de nos jours. Je m'en suis fait faire un en dentelle noire, et si vous insistez vraiment je pourrais vous le montrer."
( Anna Moï )

Voilà, merci M. de Proost pour ce deuxième volume, merci pour la dédicace et la citation en 4e de couv' ( comment j'étais fière, les gens XD ! ), et merci de nous avoir donné une nouvelle occasion de rêver.

Publié dans Bibliophagie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie C. 19/08/2008 15:59

"Fija en mí, me inundaban de felicidad sus ojos de Minerva, ojos verdes, ojos que deben siempre gustar a los poetas." Rubén Darío, Azul...

Marie C. 17/05/2008 22:18

Sourire.

gabytrompelamor 17/05/2008 16:04

Ah la la... la citation d'Herodote résume parfaitement ma manière de penser, en politique. J'ai relu les citations du premier volume, du coup. Celle de Desproges me fait toujours autant marrer. ^^

Je crois que tu as fini de me convaincre, et m'a rappelé l'existence de ces bons bouquins : je vais me les procurer sous peu... ;)