"Pirates", Terpant et Bonifay.

Publié le par Andromède

L'une des techniques les plus connues du chasseur de trésor est de soulever les pierres, la terre, les couvercles... ou les caisses de livres. De fait, dans les librairies, c'est encore la meilleure stratégie pour dénicher le sac de doublons.

Photobucket

Qu'est-ce donc, si ce n'est un jeu ?
Que font ces hommes à errer les océans,
sinon jouer leurs âmes à quitte ou double ?
Que faisons-nous à ramper sur l'eau ?
Ne jouons-nous pas à nous faire peur ?


Il s'agit ici de la réédition en intégrale de la série Pirates, par Terpant et Bonifay, regroupant les cinq tomes précédemment parus ( Un autre monde, Bonne Espérance, Les Naufrageurs, Paloma et Jusqu'au bout du rêve ). Cinq aventures maritimes tournant autour du thème de la piraterie et de l'amitié qu'elle peut permettre de tisser entre gens d'origines complètement différentes. Un bon point de départ, donc.
Cette histoire est avant tout celle de trois hommes, John "Wolf" Woodlof, officier de la marine anglaise, Ambroise, médecin français habile au fusil et El Gallio, noble espagnol avide d'aventure. Tous rêvent d'indépendance et de liberté... et finissent par se ranger sous une même bannière : le drapeau noir. Accompagnés de personnages féminins drôles et hauts en couleur, ils parcourent les mers du globe, exhument des trésors enfouis, affrontent des naufrageurs, trouvent le grand amour, déjouent les mutineries et les trahisons... Bref, ils font des trucs de pirates, quoi. Et honnêtement, on ne va pas s'en plaindre ^o^

De fait, dit ainsi, c'est très alléchant. Mais à la lecture, il faut s'accrocher un peu... Parce que le premier tome n'est pas le meilleur, loin de là. Le trait est mou, les couleurs fades, le rythme lent à pleurer... et ne correspond donc pas du tout à l'ambiance romanesque et échevelée qu'on serait en droit d'attendre de ce type de récit. Mais heureusement, une fois passés les premiers froncements de sourcils, on s'habitue. De plus, la BD s'étoffe et devient plus dynamique au fur et à mesure que les auteurs commencent à réellement prendre leurs personnages en main. Et dès lors que la véritable aventure est lancée, on ne s'arrête plus. Les trois "capitaines" ont des personnalités bien distinctes, et il n'est pas bien difficile d'avoir envie de les suivre... même si en pratique, ce n'est pas aussi simple. Ils se séparent souvent, et l'action est rarement linéaire : on se retrouve tantôt avec El Gallio chez le gouverneur de Floride, tantôt avec Ambroise et Wolf en mer à couillonner ces messieurs de la Royal Navy... Et comme les transitions sont assez anarchiques, on se perd facilement en route. D'un autre côté, les fils directeurs que sont les trois pirates, ceux des hommes d'équipage les plus présents et surtout, les figures féminines dont je parlais au dessus ( mention spéciale à Clara ! ), sont des personnages suffisamment attachants pour pallier à ce défaut là. De même, leurs aventures ne sont pas des plus originales, mais l'ensemble n'est pas mal fichu, et le traitement est intéressant. On n'échappe pas, bien sûr, à quelques clichés faciles, voire pires ( genre, l'officier rénégat et déchu, les cannibales, les indiens qui trahissent pour quelques bimbloteries de pacotille, etc... ), mais comme pour le Cape et Epée, c'est aussi le genre qui veut ça.
Au final, une bonne BD, un peu décevante par certains côtés, mais qui se laisse lire et qui, dans le registre "pirates", n'est pas mauvaise du tout : sans valoir le bon vieux ( mais indétrônable ) Barbe-Rouge, elle a néanmoins des qualités qui la distinguent, et même si elle ne fait pas leur bonheur absolu, elle devrait plaire aux amateurs de flibustiers^^ 

Publié dans Bibliophagie

Commenter cet article