"... Et nous reparlerons des gentilshommes de fortune."

Publié le par Andromède

Bientôt deux semaines sans mise à jour ni tournée de blogs, hum... Serais-je en train de devenir plus paresseuse que je ne le suis déjà ?

La vérité, c'est que ces quinze derniers jours ont été plus qu'étranges, alternant coups de blues et moments d'optimisme, le tout accompagné d'une crise de procrastination assez monumentale dans son genre. Depuis mon dernier post, je n'ai rien fait, ou presque, à part terminer le chapitre 17 et entamer ( à peine ) le 18. Ma seule lecture "sérieuse" a été le Ruines et paysages, salon de 1767 de mon grand ami Diderot, qui est au programme des khâgnes cette année et auquel je consacrerai sans doute un billet une fois que je l'aurai terminé... parce qu'il faut bien dire ce qui est, Diderot, c'est génial. Et même plus que ça.

Mais en attendant, et parce ça m'a suffisamment redonné la pêche pour continuer d'écrire et m'occuper un peu de ce blog, je vais couiner un peu sur Corto, pour changer.



Pour l'anecdote, et parce que ça m'a bien fait rire : aujourd'hui est jour de braderie/brocante dans le petit bled de ch'Nord où je vis actuellement. Tout à l'heure, en y faisant mon tour habituel, je suis tombée sur un stand où un vieux monsieur vendait quantités de BDs en bon état, et sur lequel je n'ai pas résisté à fouiner. Je suis tombée sur cet album d'Hugo Pratt, le recueil "Sous le drapeau des pirates", réunissant trois courtes aventures du marin à l'oreille percée. Très intéressée, je m'en empare et m'écrie "A combien vous le faîtes, le Corto Maltese ?". Une voix lointaine me répond : "Cinquante euros !".
Gné ?
"Ben oui, édition originale et limitée !"
Ah bon... Ne m'y connaissant pas plus que ça, et étant incapable de déterminer s'il disait vrai ou pas, j'ai laissé l'album à regrets et me suis éloignée pour continuer ma promenade. Et trois stands plus loin, pas un de plus, je tombe sur une autre caisse de BDs, bradées par une vieille femme, cette fois. Je me penche, je furète, et là... Gosh, "Sous le drapeau des pirates", encore. C'était exactement le même album, dans le même état, la même édition. Curieuse, j'en demande le prix à la responsable du stand. "Trois euros", qu'elle me répond. "Mais vous avez une bonne tête, je vous le fais à deux !".
...
Moralité : Never trust a pirate ! 

N'empêche que j'ai bien rigolé, et qu'en repassant devant le stand du vieux monsieur, j'ai eu beaucoup de mal à faire comme si de rien n'était XD

Bref, je viens de terminer cet album durement conquis, et je ne peux qu'une fois de plus m'incliner devant le crayon de monsieur Pratt et la classe infernale de son personnage. Des trois one-shots présentés ici, c'est encore le dernier que j'ai préféré ( "A cause d'une mouette" ) à cause du léger décalage de ton et de la blague de Corto sur Saint Christophe qui m'a sauvé un repas et probablement une soirée. Je sais, c'est trivial, mais vous n'y pouvez rien.



Et parce que nous aussi, on bazarde nos fonds de tiroirs et qu'il faut bien que je tue le temps quand c'est moi qui m'occupe du stand, j'ai gribouillé ça tout à l'heure... A la plume, très vite fait, comme c'est mon premier fanart de Pratt et qu'un premier fanart, ça se fête, je vous le livre ;) ( je demande l'indulgence du public pour la casquette )

Je terminerais sur quelques nouvelles, plus ou moins bonnes selon les points de vue :


Zokutou word meterZokutou word meter
708,267 / 800,000
(88.5%)

~* La rédaction de Miroir touche à sa fin. Les deux semaines de glandouille intensive dont je vous parlais au dessus m'ont empêché de le finir dans les temps, mais il ne me reste plus que deux chapitres à écrire. Si je me dépêche, et si l'humeur générale arrête de jouer au yo-yo, je peux espérer poser le premier point final avant fin septembre.

Nous gentilshommes de fortune,
De quoi avons-nous peur ?
Plus du gibet de Savannah
Que de Satan et ses flammes...
On préfère la mort du bras
Qui tient une lame...

Découvrez Soldat Louis!


~* La deuxième nouvelle, c'est que je rentre mardi. A moi la khâgne, le boulot, les nuits blanches !... Non, sans rire, j'ai quand même hâte de reprendre un rythme de vie à peu près normal =.=° Mais jarnidieu quand même !

"Ce que tu cherches n'existe pas, Corto."

Commenter cet article

Andromède 17/09/2008 14:24

Le problème technique est réparé ;) Merci à vous ! Et bien sûr que vous pouvez me faire de la pub, voyons XD ( sérieusement, il n'y a aucun souci, j'en serais même très flattée ;) )

Monsieur de C 16/09/2008 22:52

Comme ne pas saluer cette entrée, le crayon à la main, dans le monde de Corto ? Mais, pour l'instant, je n'arrive pas à trouver cette première illustration cortomaltesienne.
Raspoutine l'aurait-il dérobée pour s'assurer que c'est lui qui reste "le meilleur ami de Corto" ?

Dès que j'aurais pu porter les yeux dessus, et si vous le permettez, je ferai une petite place à votre création dans la galerie des fans qui, chacun à sa manière, se sont approprié mon marin préféré.

Quant à votre pirate de vendeur de livres, il n'aurait jamais mérité le titre de "gentilhomme de fortune". Plutôt le genre voleur à la petite semaine.

Salutations cortophiles

Andromède 05/09/2008 22:52

Merci beaucoup :)

Arsène Lupin 04/09/2008 13:46

Bon courage pour la rentrée !!! et le fanart, j'adore !!!

Andromède 03/09/2008 17:16

Foirer la casquette quand on veut rendre hommage à Corto, c'est quand même la loose ç__ç

Merci et câlins sur toi !