"King Kong theorie", Virginie Despentes.

Publié le par Andromède

King Kong Theorie
Virginie Despentes



J'écris de chez les moches, pour les moches, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf, aussi bien que pour les hommes qui n'ont pas envie d'être protecteurs, ceux qui voudraient l'être mais ne savent pas s'y prendre, ceux qui ne sont pas ambitieux, ni compétitifs, ni bien membrés. Parce que l'idéal de la femme blanche séduisante qu'on nous brandit tout le temps sous le nez, je crois bien qu'il n'existe pas.

Je me suis remise en mode "autiste du web", et je crois bien qu'il en sera ainsi jusqu'au bouclage du dernier chapitre de Miroir... mais en attendant, un peu de répit dans l'Avalanche de Boulot m'a permis de lire ce petit bouquin que m'avait prêté une copine de classe, en m'assurant "que j'allais bien me marrer". 

De fait, c'est vrai, y'a une paire de passages qui m'ont fait rire, même si ce n'était peut-être pas leur but premier XD Virginie Despentes est une des grandes figures du néo-féminisme actuel, auteur du célèbre et censuré Baise-moi (que je ne connaissais pas du tout XD). Or, le féminisme et moi, ça fait définitivement deux. Le livre, très court, se présente comme un essai autoréflexif de l'auteur sur sa propre évolution, en même temps qu'il développe ses théories sur le pourquoi du comment du regard porté sur la femme dans nos sociétés actuelles. Tel quel, je serais incapable d'être plus précise, car il faut bien avouer que le bouquin m'est un peu passé au dessus. 
En fait, Despentes analyse successivement le Viol, le Sexe, le Porno en tant que pratique et institution, et enfin le film "King Kong" de Peter Jackson, pour en faire ressortir la symbolique, l'origine sociale et psychanalytique, ainsi sa propre expérience par rapport à la chose. En gros, ce qui ressort de tout ça (ou plutôt ce que j'en ai retenu deux jours après), c'est que la féminité n'existe pas dans sa forme "positive" : il n'y a pas de féminité possible sans "putasserie", comme elle le dit, et pour peu que la femme assume son côté "masculin", elle la perd. 

Je préfère passer sur son analyse freudienne qui explique la vérité profonde de la société par les rapports Phallus/Vagin, parce que sinon je vais dire des bêtises (c'est affreux, le manque de mémoire à court terme pour les trucs qui ne passionnent pas O.O), et qu'en plus je ne suis pas persuadée que ça vaille vraiment le coup de s'étaler là dessus.

En fait, le seul point qui m'a vraiment paru intéressant, dans ce bouquin, c'est le récit de son expérience de prostituée. Elle explique que toutes les filles du métier ne rentrent pas dans le moule de la pauvre fille exploitée victime de la société et tout le bazar, et que pour certaines c'est avant tout un métier comme un autre, qui permet de gagner sa vie seule et mériterait des conditions de travail légales. Elle raconte également comment le plus dur, ça n'a pas été de coucher avec des clients, mais bel et bien de coucher avec des êtres humains, souvent impossibles à mépriser de par leur fragilité même. C'est un point de vue assez inédit, et j'avoue qu'il ne m'a pas laissée indifférente à la question.

Pour le reste, un peu de chroniques, un peu de réchauffé, un peu de vulgarité (les trois dernières pages, quoi ! O.O) , et surtout pas mal de pamphlets contre la société occidentale contemporaine en général. Et étant donné que je me désintéresse profondément de cette dernière depuis un bon bout de temps, je n'ai pas réussi à entrer dans le livre de Despentes. Elle ne dit pas que des bêtises, loin de là, et certaines de ses remarques sonnent même plutôt juste, mais non, décidément, ça n'explique pas tout, et à moins de le prendre au second degré (ce qui à mon avis est indispensable sur certains passages), je dirais qu'au final, ce genre de bouquins donne surtout l'impression d'être une vaste séance d'enculage de mouches.

Et l'enculage de mouches, au fond, ça ne vaut vraiment pas la peine d'en faire tout un foin...

PS : Mon identité de femme se porte bien, merci.

PPS : Je suis désolée pour cette chronique à l'arrachée, mais je n'ai vraiment pas été inspirée des masses, pour le coup...

 

Publié dans Bibliophagie

Commenter cet article

levraoueg 01/02/2009 11:21

Le fait est qu'il ne me reste pas grand chose de cette lecture faite il y a un bon moment, mais il me semble l'avoir lu finalement plus comme une autobiographie qu'un essai. J'ai découvert par ce livre le parcours de vd que je trouve très dur et je la trouve elle assez émouvante et intelligente. Sinon la jaquette de ce livre est hideuse !

lilou 23/01/2009 10:03

J'ai bien aimé ta chronique, d'ailleurs c'est la première fois que je lis une critique d'un bouquin de Despentes en dehors d'une revue littéraire (à part celle de Dantec dans le Théâtre des Opérations, mais si ce mec est très doué pour l'écriture, en lui-même c'est un con de droite à l'esprit étroit u___u). J'ai jamais lu de bouquin de cette bonne femme, et je dois dire que ça ne m'a jamais inspirée. Le néo-féminisme m'est toujours apparu comme trop agressif, même si on peut comprendre le point de vue de leurs partisan(e)s, parce que l'image de la femme a tendance à souffrir dans nos sociétés contemporaines, entre les filles qu'on montre quasiment à poil pour des raisons obscures dans les pubs et le calvaire dont peuvent souffrir certaines (mon amie A., juge d'instruction par intérim, a condamné deux mecs qui avaient tué leur sœur simplement parce qu'elle avait un petit ami). Cependant, on peut reprocher à ce mouvement dont Despentes porte haut et fort les couleurs d'être aussi étroit d'esprit que le machisme le plus acharné. Les qualités littéraires de ces bouquins (celui-ci, ou Baise-moi ou ceux qu'il y a eu entretemps) ont souvent été décriées, entre vulgarité et style d'écriture assez piètre. Ceci dit, il semble que quand même, pour l'aspect sociologique et culturel de la chose (sans jeu de mot XD), il faille à un moment ou à un autre se pencher dessus, au même titre que les bouquins de Christine Angot ou de Catherine Millet qui appartiennent dans une moindre mesure au même mouvement.Sur ce, j'enlève mon chapeau de libraire pour remettre celui de chômeuse, et je t'embrasse bien fort, ma Dro

Manu 18/01/2009 22:09

Moi, je l'aime bien ta chronique ! Et je partage pas mal de tes points de vue. Et bon, la Virginie Despentes, je dois bien dire qu'elle m'inspire pas des masses. Ni toute la clique du même genre. Je n'avais pas aimé Baise-moi. Par contre, je suis d'accord que la prostitution devrait avoir un cadre légal.

Andromède 18/01/2009 22:35


Merci pour elle !^^ On est d'accord : c'est vraiment pas la lecture de l'année XD Mais bon, c'est vrai qu'il n'y a pas que de mauvaises idées^^


Cécile D. 18/01/2009 22:09

De l'enculage de mouches pour un essai sur la féminité putasse, quel paradoxe ! ;pPersonnellement, c'est le genre de livres que j'évite soigneusement de lire pour les idées qu'ils véhiculent : tout est trop subjectif et souvent on est soit contre soit pour, et il n'y a pas débat puisqu'il n'y a pas questionnement réel de l'auteur, qui donne son avis et point barre.Mais j'aime bien ta review ^^

Andromède 18/01/2009 22:34


Lol, tu l'as dit ! Je suis d'accord avec toi... c'est précisément pour ça que cette review ne ressemble à rien XD mais je suis contente qu'elle te plaise ;)